10 choses que je n’aurai jamais imaginé faire avant d’avoir un enfant – en gif

Alors, si tu te reconnais dans plus de 5 points qui suivent, t’es foutu(e), c’est sûr, pas de doute possible, tu es parent.

Avoir un enfant, ça change la vie, et c’est peu de le dire.

Après plus de 5 ans à partager la vie de mon loulou, j’ai dressé un petit bilan des 10 choses (dégueu. et ridicules) que je fais de façon presque quotidiennement et sans y penser.

1- Dire tout ce que je fais. Au point de dire à mes collègues « je vais faire Pipi, je reviens de suite!!! » 

ObeseSandyBrahmanbull-size_restricted.gif

Oui parce que quand tu as des enfants, il te vient cette fâcheuse tendance à formuler TOUT ce que tu fais, dire où tu vas… Et habitude prise, tu fais la même chose avec tes collègues… qui eux s’en moquent royalement que tu ailles faire pipi ou autre…

2- Aller aux toilettes avec un comité de soutien

aux-toilettes

                                                                    Dessin @Marie Crayon – Drôles de Mums

Non mais alors qu’on m’explique, cette foliiiiie………. Pourquoi ils aiment nous accompagné dans cet endroit…. et pourquoi ils n’arrêtent pas de parler.

Alors que tout ce que l’on veut en réalité c’est jouer 5 minutes à Candy Crush.

3- Retirer une crotte de nez à main nue du nez de quelqu’un d’autre

giphy (3).gif

Qui n’a jamais retirer une crotte de nez de son propre nez lève la main? Mais si un jour, on m’avait dit que je le ferai pour quelqu’un d’autre…

4- S’extasier de façon démesurée à la vue d’un camion de pompier, camion poubelle et d’un bus (et même quand je ne suis pas avec mon fils)

52974.gif

Quel enfant n’ a pas été excité à la vue d’un camion de pompier, d’un train… 

Le problème c’est que même, quand tu ne l’as pas avec toi, tu gardes ce réflexe de dire « oh regarde un camion poubelle !!!! (avec voix qui monte dans les aïgus, yeux qui brillent…) mais qu’en fait tu es avec ta copine ou autre. Tu comprends au regard de l’autre que tu as l’air complément con… 

5- Se servir de son enfant comme prétexte pour éviter une sortie. (Fonctionne beaucoup mieux que l’aqua-poney)

téléchargement (9).jpg

Le texto de dernière minute : « le petit n’est pas très bien, je pense qu’il a un peu de fièvre, on ne viendra pas, désolée . bises. bonne soirée! « 

Alors que ta chère petite tête blonde se porte comme un charme, qu’il dort, et qu’en fait, tu es en train de larver devant la dernière série Netflix avec une pizza en guise de repas. 

C’est mal mais que c’est bon…

6- Goûter un biberon de lait infantile (bien bien dégueu)

vpr-lala.gif

Histoire de vérifier la température. C’est vraiment vraiment dégueulasse. Le goût, la texture…

Mais vu son état d’excitation à la vue du biberon, tu te dis que vous n’avez vraiment pas les mêmes goûts.

7- Etre obligée de nettoyer la seule et unique sucette en la mettant à la bouche

MerryThickDolphin-small.gif

Au début, vite vite un point d’eau. Limite en mode panique. et puis vient le cap de « un petit tour dans la bouche de Maman et c’est nickel »

Bon à ce qu’il paraît ça immunise les enfants. 

8- Jouer mille fois d’affilée au même jeu ou regarder mille fois le même dessin-animé

gif-animation-tourne-01.gif

Non mais je suis sûre que les enfants ont un bouton « reset » qui s’active automatiquement toutes les 30 minutes. Ce n’est pas possible autrement.

Ils peuvent regarde le même dessin-animé pendant des jours et des jours, te raconter la même blague des milliers de fois et attendent que tu éclates de rire à chaque fois…

Eux, ça les rassure (paraît-il) moi ça m’épuise…

9- Assurer la journée malgré des nuits « hachurées »

tenor (4).gif

Quand tu arrives au boulot, avec des cernes jusqu’au menton!, tu te dis que la journée va être longue… très longue.

Ici presque 5 ans de nuits incomplètes… donc je pense que j’ai pris l’habitude, même plus mal… d’ailleurs, je suis désormais incapable de faire une grasse matinée même quand il dort ou qu’il n’est pas là.

10- Aimer les 9 points précédents et vouloir recommencer

original (1).gif

 

Et chez toi, c’est quoi la chose à laquelle tu n’avais pas pensé et tu fais sans problème maintenant ? 

PS : et combien de points en tout???? 

Publicités

Celle qui voulait devenir la Reine de l’organisation – Astuces pour gagner du temps [en GIF]

Chaque début d’année rime avec bonnes résolutions et cette année, le mot d’ordre était organisation.

J’aimerai gagner un maximum de temps pour pouvoir passer plus de temps en famille. Déjà que les journées sont courtes : partis à 7h50 rentrés à 18h30, il ne nous reste donc peu de temps pour profiter ensemble. Il faut donc que tout soit rentabilisé au maximum.

Voici donc la liste des astuces que j’ai trouvé pour y parvenir. Si vous avez d’autres idées, je suis preneuse, évidemment.

1- Le drive

supermarket_3_3549166a.gif

Depuis que je l’ai découvert,le drive est mon ami. Quel gain de temps et d’énergie.

Financièrement aussi, je trouve que l’on est plus raisonnable puisque l’on voit la note grimper au fur et à mesure. 

J’ai aussi tendance à oublier ce que j’ai dans les placards, le frigo, donc ça évite les achats en double qui finissent généralement par pourrir. Bon Chéri vous dira que ça arrive encore, mais j’essaye sincèrement de m’améliorer sur ce point (je te jure Chéri :p ) 

DRIVE = BUDGET CONTRÔLÉ = GAIN DE TEMPS = GAIN D’ARGENT 

2- Le Cookexpert de Magimix

Si tu es pressé(e), que tu n’as pas envie de cuisiner, c’est l’appareil qu’il te faut. Bientôt 2 ans, qu’il est à la maison, et je dois dire qu’il m’a sauvé la mise, plusieurs fois. C’est mon petit commis. La vapeur, le mijotage, la coupe, rien ne lui fait peur et c’est vraiment complet et top.

C’est un investissement, mais c’est vaut le coût en pensant au temps gagné chaque soir. En plus, généralement si on cuisine, on mange plus sainement et c’est plus économique que d’acheter des plats tout faits. Bref, on y gagne sur tous les tableaux.

Seul bémol, j’aimerai trouvé un (très gros) livre de recettes qui propose des recettes ultra simples et moins de 30 minutes au cook-expert.

cook expert magimix

Ça marche aussi, quand les copains débarquent à la maison, et qu’il faut nourrir tout ce joli petit monde sans passer trois heures en cuisine.

SleepyFirsthandGemsbok-max-1mb.gif

3- L’anticipation

Dès que je le peux, j’essaye de préparer tout, la veille. Les vêtements du loulou, son goûter, nos sacs repas (on mange au travail), le café se lance automatiquement… des petits riens mais au final de précieuses minutes de gagner le matin.

f8e0b6599cdd09161885d898479d15aa.gif

Bon clairement ce n’est pas aussi facile que pour Mary Poppins, mais ça aide bien.

4- La répartition des tâches

J‘ai de la chance, avec Chéri on s’est réparti les tâches naturellement. Je cuisine, il débarrasse, il fait les machines, je repasse… bref tout s’équilibre pour le mieux… Je sais que ce n’est pas le cas pour le tout le monde, mais au 21ème siècle, il est, à mon sens, plus que normal, qu’hommes et femmes se répartissent le travail. 

anigif_enhanced-26023-1400056323-19.gif

5-Notre femme de ménage.

Certes,  ce n’est pas donné à tout le monde, mais ici je dois dire que c’est ce qui m’a sauvé la vie, et surtout nos week-end. Elle vient 2h30 par semaine et ça change tout. De plus, étant imposable, on déduit 50% de nos impôts pour un coût final d’environ 125 euros. C’est un budget mais je dois avouer mais je ne pourrais plus m’en passer. 

tumblr_m8w24rBcFA1r7elzl.gif

6- On a supprimé les écrans

Il y a quelques mois, on a décidé de supprimer les écrans à la maison. Pas totalement, mais le matin et le soir et en semaine au moins. et quel temps de gagner. Au final, on déjeune plus vite, on se prépare plus vite et fini les caprices « Attends c’est bientôt fini ». (je vous ferai un article complet sur les bénéfices)

Afin de gagner du temps chaque jour, voici les astuces que j’aimerai mettre en place dans les prochaines semaines, sur les conseils des lectrices.

  • la planification des repas

J’avoue qu’il faudrait vraiment que je m’y mette. Déjà ce sera un gain de temps mais aussi d’argent, je pense. Par manque d’idées, on se retrouve parfois à commander pizzas, hamburger à la dernière minute, et au final, on ne mange pas super bien, super sain, et super économique. (bon, je planifierai quand même des commandes!!! mais au moins, j’essayerai d’équilibrer la veille et le lendemain)

Visual-Content-Hacks-5

Je vais donc aussi ressortir mon Mémoniak « On Fait quoi pour le dîner » aux éditions 365.

Je l’ai acheté il y a deux ans, et c’est vrai qu’il y a plein de recettes faciles et rapides pour tout la famille. J’aimerai bien, également, tester les prochaines éditions (spéciales « recettes légères », « petits prix »), histoire d’avoir de nouvelles inspirations et de varier.

Si ça vous intéresse, vous pouvez retrouver tous ces livres sur leur site (non sponsorisé) 

organisation-on-fait-quoi-pour-le-diner-memoniak-2017-2018

  • L’organisation administrative

C’est clairement la tâche qui me prend le plus la tête et tellement chronophage. Entre le paiement des factures, les anniversaires des copains, le travail, les réponses aux mails, l’appel au service client pour un défaut de livraison, … bref, je n’ai pas assez d’un cerveau pour penser à tout. J’ai essayé l’application « COORGANIZ »(je vous en ai parlé ici ). Ca me plait assez, mais justement pour gagner du temps, j’essaye d’être moins accro au téléphone #paradoxe.

J’ai donc décidé de coupler avec un agenda de poche, dès le mois de Septembre. Je ne sais pas encore si je pars sur un agenda classique ou sur un agenda familial de poche. 

Si tu as déjà testé l’agenda familial (ou pas) je serai curieuse de voir son utilité particulière par rapport à un agenda classique, n’hésite pas à me faire un retour 😉 

  • Moins de Réseaux Sociaux

Depuis que j’ai repris le travail, il y a deux ans, j’ai forcément dû délaissé les réseaux sociaux (pour le plus grand bonheur de mon homme). Je ne me contrains plus à une fréquence de publication, et clairement ça me libère du temps. J’avoue que parfois ça me manque, mais l’essentiel étant ma famille, c’est pas plus mal.

tumblr_m4hwjgFzVH1rqi6wpo1_500

 

Résultat, depuis un an, on court moins, on est moins stressé, et on profite pleinement (ou presque) de nos instants libres.

Voila, mes astuces pour optimiser son temps,et chez toi, quels sont tes petits trucs? 

Celle qui ne se remettait pas de la prématurité

Voila presque 2 ans et demi, que Monsieur L. est arrivé parmi nous. 

Et quelle arrivée ! Je crois que si mon accouchement reste un bon moment (si, si je t’assure), sa naissance et ce qui a suivi reste une douleur indescriptible. Je t’en ai parlé déjà plein de fois (ici, ici ou encore ici)

2 ans et demi après, je n’arrive pas à m’en remettre. Et sa prématurité et ses conséquences planent en permanence sur ma vie quotidienne.

Pourtant, c’est un petit bonhomme en bonne santé, rarement malade (mis à part quelques rhumes), qui se développe très bien, il connait les couleurs, sait compter jusqu’à 10, il parle, comprend tout…

Les conséquences sont plus psychologiques. 

Je m’inquiète pour un rien. Alors tu vas me dire que c’est le lot de tous les parents, mais dans ce cas précis, j’ai l’impression que c’est puissance mille.

Je ne peux pas parler de sa naissance sans pleurer. Ce week-end encore, j’ai participé à une session de customisation de bodys pour SOS PREMA, et bien évidemment, on a parlé de prématurité. Au moment de faire part de mon expérience, j’avais la gorge serrée et les larmes aux yeux. 

La question d’un deuxième enfant ne se pose pas pour le moment, pour plusieurs raisons. Déjà, parce qu’au niveau professionnel, ce n’est pas le bon timing, et surtout car la peur d’avoir à nouveau un enfant prématuré est encore beaucoup trop présente.

C’est un sujet omni-présent au quotidien. Il a toujours eu un appétit d’oiseau. Et quand il ne mange pas, ça me donne la boule au ventre. Il ne dort pas, ça m’inquiète. Quand il pleure, je répond rapidement, trop rapidement. Et ce petit malin l’a bien compris et me mène souvent par le bout du nez.

Et puis, j’ai toujours ce sentiment de culpabilité. Pourtant qu’aurai-je pu faire pour éviter cette naissance précoce? Je suis restée allongée la fin de ma grossesse, comme me l’avait recommandé, ma gynécologue. J’ai arrêté de fumer avant de tomber enceinte, j’ai surveillé mon alimentation, je n’ai pas bu d’alcool…

Il en est vrai que j’ai fait (avant que l’on me mette au repos total) plusieurs allers-retours pour aller chez notre Ami Ikea, je me suis baladé, j’ai fait les boutiques, j’ai participé à des ateliers cuisine sagement installée sur un tabouret… En réalité, rien d’extraordinaire. Ce n’est pas comme si j’avais sauté à l’élastique.

Ce qui me rassure un peu, c’est qu’en discutant avec d’autres parents confrontés à la prématurité, je ne suis pas la seule à ressentir ce sentiment.

Il est difficile d’en parler avec des parents d’enfants nés à terme, car j’ai l’impression qu’ils ne comprennent pas. Entendre se dire « mais ce n’est pas grave » « Tu le couves trop. Il va bien maintenant » . Ses phrases ont le don de me mettre hors de moi. Je ne dis rien, répond par un sourire crispé, les larmes au bord des yeux. Pourtant, intérieurement je bous. J’ai envie d’exploser. De leur crier ma souffrance, mon angoisse. Je crois vraiment qu’il faut avoir vécu une telle épreuve pour comprendre.

Oui, mon fils va bien. Il n’a aucune conséquence physique ou mentale. Mais j’ai le besoin de le couver, de répondre au moindre de ses besoins, de le gâter, de m’inquiéter…

J’ai parfois l’impression d’être incomprise et de parler à des murs. Non je ne suis pas une Maman névrosée, qui étouffe son fils au quotidien. Simplement, il arrive que des petits événements me renvoient en pleine face ce souvenir. 

Je pense que sa naissance particulière a également des conséquences psychologiques sur Monsieur L. Il a un besoin permanent de contact (quand il joue, quand il s’endort, quand il lit un livre ou regarde un dessin animé…) Il faut toujours lui tenir la main, le porter, être à ses côtés.

C’est certainement un BABI (Bébé Aux Besoins Intenses). Et je reste persuadée que cela découle directement de sa prématurité, de son séjour en couveuse, du fait que l’on ne pouvait pas le mettre prendre dans nos bras quand il en avait besoin, quand on en avait besoin.

La prématurité représente une terrible épreuve, un combat pour l’enfant qui arrive, mais aussi pour les parents. On souffre moralement. J’ai l’impression que nous devenons encore plus transparents (que si l’enfant était né à terme). Ce qui est normal, seuls la santé et le bien-être de ce petit bout d’chou importent.

Pourtant la souffrance des parents est là, réelle. Difficile de se « plaindre » quand on sait ce que traverse notre enfant. Pour ma part, je me suis sentie impuissante, inutile, « mauvaise mère » quelques minutes après qu’il ait poussé son premier cri, et qu’on l’amenait passer sa première journée et nuit, loin de moi. Et encore j’avais de la chance d’avoir une équipe médicale en or, qui m’a investi dans mon rôle de Maman, m’a fait participé aux soins, aux bains, aux repas…

Tout ça pour dire, que petit à petit, on fait notre chemin, que j’ai encore besoin de temps pour digérer cet épisode douloureux. Mais Je sais qu’un jour, l’envie d’un second enfant se fera sentir. Et quand ce nouveau bout d’chou poussera son premier cri (à terme évidemment) tout cela sera rangé dans un coin de ma tête, je n’oublierai jamais, mais j’arriverai à ne plus y penser systématiquement (à la moindre inquiétude, au moindre bobo…)

Et toi, comment tu ressens les choses des années après? 

Celui qui ne dormait pas

Après celui qui ne mangeait pas, on continue dans la série avec aujourd’hui un nouvel épisode « Celui qui ne dormait pas »

Bon je vous le présente aujourd’hui, mais en réalité ça fait ça fait des mois qu’on tourne ce navet.

2683-180x135

@ crédit image : famili

Je te présente le topo : chaque soir nous observons le même rituel. Dans la chambre entre 20h15 et 20h30, on le change, on le met en pyjama, je lui lis la traditionnelle histoire du soir pendant 15 à 20 minutes, et après on éteint. On se souhaite bonne nuit, on se dit qu’on s’aime… bref, j’essaie de créer un environnement serein pour une nuit sereine.

Je m’installe dans sa chambre avec lui, car il veut qu’on lui tienne la main pour s’endormir. Généralement, je prends les 20 premières minutes, puis le Papa me reprend pour 20 minutes, je prends la relève et ainsi de suite.

Quand il s’endorme en moins de 2 cycles (40 minutes) c’est limite la fête de la joie, on hésite même à sabrer le champagne.

Je sais pertinemment que des choses ne vont pas dans le rituel du coucher.

Déjà, le fait de lui tenir la main, ne l’incite pas à s’endormir seul. Cependant, c’est un rituel dont il a du mal à se passe dans la mesure où on le fait depuis qu’il est né (à l’époque il était en couveuse, et c’était le seul contact que l’on pouvait avoir avec lui – je montais donc mon lit de maternité au maximum et passais ma main à travers la couveuse pour m’endormir avec lui main dans la main) On a maintenu ce rituel jusqu’à ses un an.

Et puis, lorsque nous avons emménagé dans notre nouvelle maison, après la traditionnelle histoire du soir, et les mots doux, il s’endormait seul. Ca a duré 9 mois.

Et puis du jour au lendemain, patatra, c’était fini, sans savoir pourquoi : adieu endormissement en un claquement de doigts, adieu nuits complètes…

Nous avons établi de nouveaux rituels. En début de soirée, soit une heure et demi à deux heures, avant le coucher, nous éteignons tous les écrans (télévision, ordinateur, portable…). Nous jouons avec lui (légo, puzzle…)

Après le repas, il ne monte pas immédiatement dans sa chambre, nous jouons encore un peu, en essayant de privilégier les jeux calmes.

A la maison, il zappe régulièrement la sieste (de son propre chef), dans ce cas il faut avouer que l’endormissement est plus rapide. Mais chez la nounou, il dort pendant près de 2 heures chaque jour (et encore c’est parce qu’elle le réveille – sinon on frôlait parfois les 4 heures).

Evidemment, comme il n’arrive pas à s’endormir seul le soir, son premier réflexe est de nous appeler (de pleurer) en pleine nuit. Et je suis sûre que tant que nous n’aurons pas résolu ce problème d’endormissement, les nuits seront toujours folkloriques.

En fait, je n’arrive pas à le laisser pleurer (déjà, je me dis que plus vite j’y vais, plus vite tout le monde peut se rendormir, et puis ça me fait vraiment mal au coeur).

Nous avions testé la méthode 5-10-15 (il pleure 5 minutes, on y va, il pleure 10 minutes, on y retourne., et ainsi de suite) sans grand succès. En plus, maintenant qu’il a un grand lit, il se lève très facilement, donc vraiment pas évident à mettre en place.

On a essayé « l’histoire du lapin qui veut s’endormir », plusieurs fois,  sans succès. 

Chaque soir, je me repasse en tête la chanson de Bénabar « La Berceuse » issue de l’Album « Reprise des Négociations » (il y a quelques années, je me bidonnais en écoutant les paroles ! Bizarrement aujourd’hui, ça ne me fait plus rire du tout) 

« Voilà plus d’une heure que j’te tiens dans mes bras,
voilà quelques jours que je suis tout à toi.
Il est très tard et tu dors pas,
je t’ai fait une berceuse, la voilà.

Demain le jour sera là et les oiseaux chanteront leur joie, tes paupières d’or s’ouvriront sur le soleil et sur sa chanson, ferme les yeux, c’est merveilleux et dans tes rêves toutes les fées viendront te réveiller, fais dodo… pourquoi tu dors pas?

Demain il faut que je me lève tôt,
j’ai un rendez-vous important,
si t’aimes ton père, si tu l’aimes vraiment,
sois fatigué et dors maintenant.
J’ai sauté sur l’occas’, t’avalais ton biberon
pour un micro-sommeil de dix secondes environ,
c’était confort, j’ai bien récupéré,
maintenant tu dors, t’arrêtes de nous faire… fais dodo.

Demain le jour sera là et les oiseaux chanteront leur joie, tes paupières d’or s’ouvriront sur le soleil et sur sa chanson, ferme les yeux, c’est merveilleux et dans tes rêves toutes les fées… Dors dors dors! Bordel, Pourquoi tu dors pas? Dors dors dors! Laisse dormir ton papa!

Ce que tu regardes en riant, que tu prends pour des parachutes,
ce sont mes paupières mon enfant, c’est dur d’être un adulte.
Allez on joue franc jeu, on met carte sur table,
si tu t’endors je t’achète un portable,
un troupeau de poneys, un bâton de dynamite,
j’ajoute un kangourou si tu t’endors tout de suite.

Tes paupières sont lourdes, tu es en mon pouvoir une sensation de chaleur engourdit ton corps, tu es bien, tu n’entends plus que ma voix, je compte jusqu’à trois, et tu vas t’endormir…

Pourquoi tu ne veux pas dormir, pourquoi, tu dors pas?
Je te donnerais bien un somnifère,
mais y en a plus demande à ta mère,
t’es insomniaque ou quoi?
Puisque tu ne me laisses pas le choix,
voici le temps des menaces,
si tu dors pas j’te place.
Dors dors dors! Mais on dirait que ça marche.
Tu fermes les yeux, tu es si sage,
c’est merveilleux, tu dors comme un ange,
tu as de la chance moi aussi j’ai sommeil,
mais c’est le matin, faut qu’je m’habille.
Je me suis énervé mon amour, je le regrette,
pour me faire pardonner j’vais te jouer un peu de trompette! »

timote_04

Le but de cet article? Te montrer que tu n’es pas seul(e) à tourner dans ce mauvais film, mais surtout trouver un super scénariste qui me donnera enfin l’épilogue de ce film digne de rapporter la palme du « film le plus fatiguant de toute l’histoire »

Alors, à ton clavier, si tu es talentueux(se), que tu as la solution miracle, je suis toute Ouïe ! 

Quelles méthodes vous avez mis en place pour des nuits sereines? 

 

 

Celle qui avait peur – 10 peurs irrationnelles depuis que je suis Maman

Depuis un peu plus de 2 ans maintenant, je suis devenue Maman.

Ce rôle m’épanouit pleinement, mais il s’accompagne aussi de peurs totalement irraisonnées. Ca frise parfois le ridicule mais je ne peux pas m’en empêcher. Bon attention, ça ne m’empêche pas de vivre non plus mais quand même.

Bref, j’ai le cerveau qui fonctionne à 1000 à l’heure, qui imagine les pires scénarii dignes des plus grands films d’horreurs hollywoodiens (d’ailleurs, réalisateurs, producteurs, scénaristes, si vous manquez d’idées, je me ferai un plaisir de vous donner un coup de main 😉 ) 

105451914

1- Lorsqu’il était tout petit, j’avais peur de l’empêcher de respirer si je lui posais la main (ou le bras) sur le ventre.

2- Encore aujourd’hui, je vais dans sa chambre lorsqu’il dort pour vérifier qu’il respire;

3- J’ai peur qu’il s’étouffe avec son oreiller ou sa couette ou en avalant sa tétine ;

4- J’ai peur lorsqu’il a un simple rhume, j’imagine qu’il pourrait s’étouffer en ayant le nez bouché;

5- Mon coeur s’arrête à chaque gamelle, aussi petite soit telle;

6- J’ai peur de la mort (je t’en avais parlé ici);

7- J’ai peur de reprendre le travail et de ne pas gérer le rythme « métro, boulot, maison, Chéri, bébé, dodo »;

womanpowerV2

8- J’ai peur qu’il aille à l’Ecole, il est encore si petit;

9- J’ai peur qu’il ne m’aime pas suffisamment. Bon ça c’est parce qu’il est dans sa phase « Papa, papa, papa!!! » Je t’en avais aussi parlé ici ;

10- J’ai peur de devenir comme mes parents (Papa, Maman, si vous lisez ceci : « Je vous ai compris! »). Bon, en réalité c’est fait. J’imagine déjà les nuits blanches (ça ne nous changera pas de trop par rapport à aujourd’hui) lors de ses premières sorties nocturnes, les sermons à n’en plus finir sur les mauvaises notes, les mauvaises fréquentations … ;

11- et une petite bonus (ça m’apprendra à regarder des films d’horreur) J’ai peur qu’il me rejoigne la nuit dans notre chambre, dans le noir et de frôler la crise cardiaque

tumblr_inline_ncvg3gvyQB1rqg5v6

Et toi, as-tu des peurs depuis que tu es parent?