Celui qui ne dormait pas

Après celui qui ne mangeait pas, on continue dans la série avec aujourd’hui un nouvel épisode « Celui qui ne dormait pas »

Bon je vous le présente aujourd’hui, mais en réalité ça fait ça fait des mois qu’on tourne ce navet.

2683-180x135

@ crédit image : famili

Je te présente le topo : chaque soir nous observons le même rituel. Dans la chambre entre 20h15 et 20h30, on le change, on le met en pyjama, je lui lis la traditionnelle histoire du soir pendant 15 à 20 minutes, et après on éteint. On se souhaite bonne nuit, on se dit qu’on s’aime… bref, j’essaie de créer un environnement serein pour une nuit sereine.

Je m’installe dans sa chambre avec lui, car il veut qu’on lui tienne la main pour s’endormir. Généralement, je prends les 20 premières minutes, puis le Papa me reprend pour 20 minutes, je prends la relève et ainsi de suite.

Quand il s’endorme en moins de 2 cycles (40 minutes) c’est limite la fête de la joie, on hésite même à sabrer le champagne.

Je sais pertinemment que des choses ne vont pas dans le rituel du coucher.

Déjà, le fait de lui tenir la main, ne l’incite pas à s’endormir seul. Cependant, c’est un rituel dont il a du mal à se passe dans la mesure où on le fait depuis qu’il est né (à l’époque il était en couveuse, et c’était le seul contact que l’on pouvait avoir avec lui – je montais donc mon lit de maternité au maximum et passais ma main à travers la couveuse pour m’endormir avec lui main dans la main) On a maintenu ce rituel jusqu’à ses un an.

Et puis, lorsque nous avons emménagé dans notre nouvelle maison, après la traditionnelle histoire du soir, et les mots doux, il s’endormait seul. Ca a duré 9 mois.

Et puis du jour au lendemain, patatra, c’était fini, sans savoir pourquoi : adieu endormissement en un claquement de doigts, adieu nuits complètes…

Nous avons établi de nouveaux rituels. En début de soirée, soit une heure et demi à deux heures, avant le coucher, nous éteignons tous les écrans (télévision, ordinateur, portable…). Nous jouons avec lui (légo, puzzle…)

Après le repas, il ne monte pas immédiatement dans sa chambre, nous jouons encore un peu, en essayant de privilégier les jeux calmes.

A la maison, il zappe régulièrement la sieste (de son propre chef), dans ce cas il faut avouer que l’endormissement est plus rapide. Mais chez la nounou, il dort pendant près de 2 heures chaque jour (et encore c’est parce qu’elle le réveille – sinon on frôlait parfois les 4 heures).

Evidemment, comme il n’arrive pas à s’endormir seul le soir, son premier réflexe est de nous appeler (de pleurer) en pleine nuit. Et je suis sûre que tant que nous n’aurons pas résolu ce problème d’endormissement, les nuits seront toujours folkloriques.

En fait, je n’arrive pas à le laisser pleurer (déjà, je me dis que plus vite j’y vais, plus vite tout le monde peut se rendormir, et puis ça me fait vraiment mal au coeur).

Nous avions testé la méthode 5-10-15 (il pleure 5 minutes, on y va, il pleure 10 minutes, on y retourne., et ainsi de suite) sans grand succès. En plus, maintenant qu’il a un grand lit, il se lève très facilement, donc vraiment pas évident à mettre en place.

On a essayé « l’histoire du lapin qui veut s’endormir », plusieurs fois,  sans succès. 

Chaque soir, je me repasse en tête la chanson de Bénabar « La Berceuse » issue de l’Album « Reprise des Négociations » (il y a quelques années, je me bidonnais en écoutant les paroles ! Bizarrement aujourd’hui, ça ne me fait plus rire du tout) 

« Voilà plus d’une heure que j’te tiens dans mes bras,
voilà quelques jours que je suis tout à toi.
Il est très tard et tu dors pas,
je t’ai fait une berceuse, la voilà.

Demain le jour sera là et les oiseaux chanteront leur joie, tes paupières d’or s’ouvriront sur le soleil et sur sa chanson, ferme les yeux, c’est merveilleux et dans tes rêves toutes les fées viendront te réveiller, fais dodo… pourquoi tu dors pas?

Demain il faut que je me lève tôt,
j’ai un rendez-vous important,
si t’aimes ton père, si tu l’aimes vraiment,
sois fatigué et dors maintenant.
J’ai sauté sur l’occas’, t’avalais ton biberon
pour un micro-sommeil de dix secondes environ,
c’était confort, j’ai bien récupéré,
maintenant tu dors, t’arrêtes de nous faire… fais dodo.

Demain le jour sera là et les oiseaux chanteront leur joie, tes paupières d’or s’ouvriront sur le soleil et sur sa chanson, ferme les yeux, c’est merveilleux et dans tes rêves toutes les fées… Dors dors dors! Bordel, Pourquoi tu dors pas? Dors dors dors! Laisse dormir ton papa!

Ce que tu regardes en riant, que tu prends pour des parachutes,
ce sont mes paupières mon enfant, c’est dur d’être un adulte.
Allez on joue franc jeu, on met carte sur table,
si tu t’endors je t’achète un portable,
un troupeau de poneys, un bâton de dynamite,
j’ajoute un kangourou si tu t’endors tout de suite.

Tes paupières sont lourdes, tu es en mon pouvoir une sensation de chaleur engourdit ton corps, tu es bien, tu n’entends plus que ma voix, je compte jusqu’à trois, et tu vas t’endormir…

Pourquoi tu ne veux pas dormir, pourquoi, tu dors pas?
Je te donnerais bien un somnifère,
mais y en a plus demande à ta mère,
t’es insomniaque ou quoi?
Puisque tu ne me laisses pas le choix,
voici le temps des menaces,
si tu dors pas j’te place.
Dors dors dors! Mais on dirait que ça marche.
Tu fermes les yeux, tu es si sage,
c’est merveilleux, tu dors comme un ange,
tu as de la chance moi aussi j’ai sommeil,
mais c’est le matin, faut qu’je m’habille.
Je me suis énervé mon amour, je le regrette,
pour me faire pardonner j’vais te jouer un peu de trompette! »

timote_04

Le but de cet article? Te montrer que tu n’es pas seul(e) à tourner dans ce mauvais film, mais surtout trouver un super scénariste qui me donnera enfin l’épilogue de ce film digne de rapporter la palme du « film le plus fatiguant de toute l’histoire »

Alors, à ton clavier, si tu es talentueux(se), que tu as la solution miracle, je suis toute Ouïe ! 

Quelles méthodes vous avez mis en place pour des nuits sereines? 

 

 

Publicités

Celle qui avait peur – 10 peurs irrationnelles depuis que je suis Maman

Depuis un peu plus de 2 ans maintenant, je suis devenue Maman.

Ce rôle m’épanouit pleinement, mais il s’accompagne aussi de peurs totalement irraisonnées. Ca frise parfois le ridicule mais je ne peux pas m’en empêcher. Bon attention, ça ne m’empêche pas de vivre non plus mais quand même.

Bref, j’ai le cerveau qui fonctionne à 1000 à l’heure, qui imagine les pires scénarii dignes des plus grands films d’horreurs hollywoodiens (d’ailleurs, réalisateurs, producteurs, scénaristes, si vous manquez d’idées, je me ferai un plaisir de vous donner un coup de main 😉 ) 

105451914

1- Lorsqu’il était tout petit, j’avais peur de l’empêcher de respirer si je lui posais la main (ou le bras) sur le ventre.

2- Encore aujourd’hui, je vais dans sa chambre lorsqu’il dort pour vérifier qu’il respire;

3- J’ai peur qu’il s’étouffe avec son oreiller ou sa couette ou en avalant sa tétine ;

4- J’ai peur lorsqu’il a un simple rhume, j’imagine qu’il pourrait s’étouffer en ayant le nez bouché;

5- Mon coeur s’arrête à chaque gamelle, aussi petite soit telle;

6- J’ai peur de la mort (je t’en avais parlé ici);

7- J’ai peur de reprendre le travail et de ne pas gérer le rythme « métro, boulot, maison, Chéri, bébé, dodo »;

womanpowerV2

8- J’ai peur qu’il aille à l’Ecole, il est encore si petit;

9- J’ai peur qu’il ne m’aime pas suffisamment. Bon ça c’est parce qu’il est dans sa phase « Papa, papa, papa!!! » Je t’en avais aussi parlé ici ;

10- J’ai peur de devenir comme mes parents (Papa, Maman, si vous lisez ceci : « Je vous ai compris! »). Bon, en réalité c’est fait. J’imagine déjà les nuits blanches (ça ne nous changera pas de trop par rapport à aujourd’hui) lors de ses premières sorties nocturnes, les sermons à n’en plus finir sur les mauvaises notes, les mauvaises fréquentations … ;

11- et une petite bonus (ça m’apprendra à regarder des films d’horreur) J’ai peur qu’il me rejoigne la nuit dans notre chambre, dans le noir et de frôler la crise cardiaque

tumblr_inline_ncvg3gvyQB1rqg5v6

Et toi, as-tu des peurs depuis que tu es parent? 

Celui qui préférait son Papa

Des mois que cet article traîne dans un coin de ma tête.

Des mois que je me demande si je dois l’écrire, s’il est justifié.

Pendant près de 6 mois, Monsieur L. a refusé de prononcer le mot « Maman », alors qu’avant il le disait sans soucis.

C’est revenu, un jour comme ça sans que je m’y attende. Je crois que ce jour-là, j’ai été encore plus ému que la première fois où il l’a prononcé.

Par vague, Monsieur L. m’en fait voir de toutes les couleurs, en réclamant à cor et à cri son Papa. 

je-n-aime-love-pas-ma-mere-131175587624

D’ailleurs, quand son Papa rentre le soir, après sa journée de travail, il est toujours aux anges.

Je ne compte plus, le nombre de fois où j’entends de la part de notre entourage : « Ah son Papa? C’est quelque chose » Et à chaque fois, c’est la même chose, un coup de poignard au coeur.

C’est Papa qui doit lui donner le biberon le matin, et gare s’il est dans les parages et que je veux lui donner ; il refuse tout simplement de boire.

bébé préfère

Les moments du coucher sont devenus un véritable cauchemar pour moi. Lui qui s’endormait seul il y a encore quelques mois, nous mène la vie dure depuis octobre. Les endormissements durent entre 40 minutes et 1h20. On se relaie par cycles de 20 minutes avec mon Chéri.

Hier soir, Monsieur L. est rentré dans une colère terrible car au bout de 20 minutes quand je suis venue prendre la relève, il s’est mis à hurler, en réclamant son Papa. 

La nuit est rythmée par plusieurs réveils nocturnes, et cette nuit encore, lorsque je suis allée le rejoindre, j’ai eu le droit à une mémorable colère de près de 45 minutes, car il ne voulait pas que je m’occupe de lui et réclamait son Papa.

Je ne peux pas dire que ses épisodes « Only Papa » soient réguliers, ça va, ça vient, au gré de ses humeurs. Mais au bout de 5 ou 6 fois commencent sérieusement à m’inquiéter. Car il me rejette littéralement. Et je le vis très mal.

Je ne compte plus le nombre de fois, où mon Chéri a dû me réconforter car j’étais en larmes à 4h du matin, me demandant ce que j’avais bien pu lui faire pour qu’il me déteste à ce point.

A tête reposée, je suis sûre que mon fils ne me déteste pas, pourtant sur le coup, j’ai tellement mal que je n’arrive plus à raisonner.

Je m’occupe de lui la journée. J’essaye de varier les activités. Je ne suis jamais la dernière pour le gâter. Et ce n’est pas mon banquier qui me contredira sur ce point. 

Certains me diront que l’amour ne s’achète pas. Bien loin de moi cette idée. Je cherche juste à lui offrir le meilleur. D’ailleurs, la plupart du temps mes craquages se résument à des livres (on en a jamais assez), des activités manuelles et quelques fringues. Il est rare que je lui achète un jouet sans raison particulière.

Certains redoutent la phase d’Oedipe, moi je l’attend avec impatience. 

Je ne sais plus quelle attitude adoptée. 

Je suis permissive, ça ne marche pas.

Je me durcis, ça ne marche pas.

J’ai essayé de le laisser seul dans sa chambre, j’ai un peu beaucoup crié, sans résultat.

Voilà, où j’en suis aujourd’hui. 

J’arrive même à me dire qu’il devait m’arriver quelque chose, ça serait plus facile pour lui de l’accepter et que je ne lui manquerai pas beaucoup. 

Je sais que malgré tout mon fils m’aime, puisqu’il me montre de l’affection, me fais des bisous volontiers, me le dit, mais durant ces épisodes, je me sens comme une moins que rien. Ce sentiment perdure depuis plusieurs mois maintenant.

J’envie mon Chéri.

Je l’envie de travailler,

je l’envie d’avoir une vie sociale,

je l’envie de faire briller les yeux de notre fils plus que moi.

Pourtant, bien que je l’envie, je sais qu’il n’a pas la vie rose. Non seulement, lui non plus ne dort pas la nuit, s’en occupe énormément, mais en plus, il doit assurer la journée au travail. 

Pardoxalement, on me dit que je suis fusionnelle avec lui. Pourtant, ce n’est pas l’impression que j’ai. 

Je le met chez la nourrice quelques heures par semaine, pour qu’il voit d’autres personnes, fasse de nouvelles activités. Au mois de décembre, nous l’avons confié quelques jours à ces grands-parents…

Mais je suis sa mère, je l’aime, et c’est donc normal que je veuille à son bien-être, à sa sécurité.

Peut-être qu’inconsciemment, je l’étouffe, et que ces épisodes sont un moyen de mettre une barrière entre nous, de s’éloigner de moi. 

Et toi, bébé a t-il connu des phases où il n’avait de yeux pour Maman ou Papa? 

 

Le Lait de Croissance : un aliment essentiel jusqu’à 3 ans

Depuis que Monsieur L. a un an, nous l’avons passé au lait de croissance. Pour nous, c’était la suite logique après le lait infantile.

Je sais que le débat fait rage, et que nous avons des avis bien tranchés de part et d’autre.

Comme je te l’ai déjà dit, Monsieur L. est un petit gabarit, qui mange peu (Je t’en parlé ici) alors je me dis que si au moins il prend son biberon de lait + céréales le matin, c’est toujours ça de pris. Je cherche donc à lui donner ce qu’il y a de mieux. Nous avons donc opté pour un lait de croissance. 

Certains me diront que c’est un coup marketing des industriels pour vendre plus et plus cher, que dans le cadre d’une alimentation équilibrée, le lait de croissance présente peu d’intérêts…

Alors pourquoi un lait de croissance plutôt que du lait de vache classique ?

  • Car le lait de croissance est enrichi notamment en fer et en vitamine D, ce qui lui confère une valeur nutritionnelle supérieure au lait classique.

Pour avoir la même quantité de fer contenu dans un biberon de lait de croissance, l’enfant devrait boire des litres et des litres de lait de vache classique.

  • car après 18 mois, beaucoup d’enfants sont touchés par une néophobie alimentaire,  et que le peu qu’ils picorent dans la journée ne suffit pas à leur apporter les nutriments essentiels à leur bon développement.
  • car comme nous la recommandé la pédiatre, nous avons décidé de continuer à nourrir Monsieur L. avec du lait de croissance jusqu’à 3 ans, pour lui apporter le meilleur.
  • car il n’aime pas le lait de vache classique et a des hauts de coeur quand on essaye de lui faire goûter (même avec du chocolat)
  • car mon fils est né prématurément et avait une carence en fer. Et a été pendant des mois complété en fer.
  • car après discussion avec la pédiatre, nous sommes d’accord sur le fait que le lait de croissance est mieux adapté pour lui, et ce jusqu’à ses 3 ans

 

Pourquoi certains préfèrent alors le lait de vache classique ?

  • Car le lait de vache classique coûte moins cher (environ 12 € de moins par mois) mais en s’organisant et en profitant des promotions ce n’est pas insurmontable.
  • Car ils ne voient pas l’intérêt d’un complément en fer.

Pourtant, pour avoir sa quantité quotidienne de fer, l’enfant devrait manger l’équivalent de 100g de viande par jour (environ 1 steak haché). Cette option n’est cependant pas envisageable puisqu’une trop grande quantité de viande apporterait plus de protéines que nécessaire.

  • Car il est aromatisé et sucré pour palier le goût de fer trop prononcé. C’est vrai. Mais l’apport en sucre reste limité comparé au sucre contenu dans les poudres chocolatées, par exemple.

 

Si je te parle lait de croissance, c’est parce qu’il y quelques semaines, on m’a proposé, à travers la campagne Blédilait,  de découvrir les nouvelles bouteilles de Blédilait croissance.

Qu’est ce qu’elles ont de nouveau ces bouteilles?

  • Elles sont hyper pratiques, puisque le lait est prêt à l’utilisation. Vendues en bouteille d’1 litre, il suffit de verser la quantité voulue dans le biberon, on chauffe un peu ou pas, selon les habitudes de bébé. 
  • La bouteille est ergonomique et resserrée au milieu ce qui permet de bien la prendre en main
  • Elles sont rigolotes  puisqu’illustrées avec des animaux. Ca plaît forcément aux enfantsBlédilait
  • Elles permettent un moment ludique de bon matin ou au goûter, puisqu’on peut demander à l’enfant de nommer et d’imiter l’animal (désolé je ne connais le cri du hérisson, là je sèche)
  • Elles sont réutilisables. Ici, les mercredi riment avec DIY, alors nous avons décidé de customiser notre bouteille sur le thème de Noël. (prochain projet, un jeu de quilles, une vache et un renne de Noël).

20151113_163039

  • Elles sont disponibles dans tous les grandes surfaces donc facilement trouvables.
  • Une fois achetées, garde bien tes preuves d’achat et rendez-vous sur la Blédiferme pour bénéficier du programme de fidélité. Tu pourras recevoir des livres, mais également des bouchons sonores qui imitent les animaux de la ferme mais aussi une superbe cabane.

 

Pour moi, le lait de croissance est donc un aliment indispensable jusqu’aux 3 ans de l’enfant, et j’ai l’impression d’offrir le meilleur à mon fils.

Toujours est-il que pour les non-adeptes du lait de croissance, privilégiez le lait entier qui contient des matières grasses utiles au développement de l’enfant.

Et chez toi, c’est plutôt lait de croissance ou lait de vache classique?

Mois par moi #1 [Octobre]

Je vous propose un nouveau rendez-vous « Un mois par moi ». 

Le principe est simple, des photos, des articles « coup de coeur » découverts sur la blogo, et des découvertes lecture avec mon loulou.

Photos : 

Ce mois-ci l’automne est arrivé.

On a fait des makos-moulages (je t’en reparle très vite, avec une belle surprise à la clé)

2015-10-22 10.20.20

On a joué à cache-cache dans le meuble à chaussures

c2i_2102015122939

On s’est baladé et on a chassé les escargots 🙂 

c2i_2102015122855

Et bien évidemment qui dit « week-end » dit « manège. La passion de Monsieur L. du moment 

c2i_2102015123124

Et je me suis remise peu à peu à ma première passion : la cuisine (au programme, des bons petits plats maison et pas mal de desserts)

Cuisine

Je suis partie plusieurs fois à Paris, et j’ai notamment visité le Salon Baby.

IMG_20151010_082612

Mon loulou adorant faire des cabanes sur le canapé, je me suis lancée et j’ai réalisé un tipi rien que pour lui.  Tu peux retrouver tout le tuto ici 🙂 

20151021_193338

 

Dans la blogosphère : 

J’ai lu pas mal d’articles sur les blogs des copinautes. Voici ma petite sélection du mois :

  • Le 15 Ocotbre était la journée du deuil périnatal, et j’ai été terriblement touchée par le témoignage de Ginie

http://www.femmesweetfemme.fr/le-ventre-vide/

  • Cet article m’a mis la banane et j’y retrouve mon petit loulou. On y parle de rire, de petits bonheurs du quotidien. Merci Fred pour ce bel article.

http://mamandeouistiti.com/2015/10/la-magie-de-son-rire/

  • Maman Floutch a réalisé mon rêve en immersion totale dans les petits pots chez Blédina

http://mamanfloutch.com/2015/10/27/mon-immersion-chez-bledina-video-de-floutch-inside/

  • Ma copine Alexandra a retrouvé le sourire, et ça me fait chaud au coeur

http://chouchkette.paroledemamans.com/view/la-vie-est-belle

 

Le livre du mois :

« Mon livre des Couleurs à sentir et à toucher » chez Thomas Jeunesse.

A la maison, on adore ce livre. Il permet de se familiariser avec les couleurs, et on a également des aliments et fleurs à sentir et des différentes matières à toucher. C’est un « best of » à avoir dans la bibliothèque de nos loulous.

20151105_091004

 

Sinon, pour ma part, j’ai lu « Grey ». Et que dire?  c’est pire que la triologie vue par Ana Steele. Bref, je n’ai pas aimé du tout (comme 50 nuances de Grey, je t’en parle ici d’ailleurs). C’est niais, redondant…Je me demande même pourquoi je l’ai lu (ah oui, j’avais droit à un livre numérique offert sur ma liseuse, ouf, heureusement que je ne l’ai pas payée !!!). 

Et et petit spoil quand Ana jouit, elle est « libérée, délivrée ».  J’aime autant te dire que j’ai fini le livre avec la chanson de « la reine des neiges » dans la tête. Bof! Bof! 

Capture

 

Le mois de Novembre sera assez chargé avec au programme les 2 ans de mon petit bonhomme (le 23 Novembre), les Efluent Mums les 27 et 28 Novembre (donc un week-end de folie), et les activités pour préparer la déco de Noël. 

 

Et chez toi, comment s’est passé le mois d’Octobre? 

 

10 choses qui ont changé à la maison depuis que l’on a enfant

Dans moins de 2 mois, ça fera 2 ans que Monsieur L. fait partie de nos vies. Et quel chemin parcouru, quel changement depuis ! 

Nous avons changé, notre style de vie a changé mais aussi notre environnement.

1- Avant sa naissance, et même il y a encore quelques mois, j’ai dit que « jamais oh grand jamais, mon salon ne se transformera en salle de jeu« . Bon 1ère résolution, c’est mort. Mon salon est envahi (petites voitures, cubes, livres…)

images

2- On préfère recevoir nos amis le midi plutôt que le soir. Car sinon, le coucher ressemble à un véritable calvaire et au final, il finit sur nos genoux jusqu’à point d’heure.

.

3- L’aspirateur n’a pas de place de rangement. C’est devenu un élément de déco à part entière qui trône dans le salon et dont on se sert 3 à 4 fois par jour. Bon j’ai de la chance, c’est un bel aspirateur Dyson, mais quand même.

1981-les-aspirateurs-de-Jeff-Koons_portrait_w858

4- La table à repasser et la centrale vapeur prennent la poussière quelque part. Heureusement le sèche linge fait une partie du boulot ! Quoi toi, tu repasses tout? 

8sept07-nice5

5- J’ai un assistant-toilette qui m’accompagne systématiquement. 

Crédit image : ©Nathalie Jomard - Petit précis de grumeautique

Crédit image : ©Nathalie Jomard – Petit précis de grumeautique

6- J’ignore ce que c’est de rester sous la douche plus de 10 minutes. 2 ans que mon visage n’a pas vu l’ombre d’un masque, et je suis devenue adepte des shampooings secs. 

.

7- Quand j’ai le temps de me faire un vrai shampooing, il est rarement suivi d’un séchage et d’un brushing. Ce qui donne à peu près ce résultat : 

Capture

8- « Mon enfant? Devant la télévision? » Pfffff, même pas en rêve. Oui et bien finalement je remercie « debout les zouzous » pour pouvoir me brosser les dents et me préparer le matin.

téléchargement

9- Plus besoin de réveil! Il est réglé à 7h! mais ça fait déjà plus d’une heure que tu es réveillé. P’tit dèj. avalé, une machine de lancer. Pourtant tu arrives quand même à être la bourre. Va comprendre !

@dessin "ma vraie vie de parents"

@dessin « ma vraie vie de parents »

10- Je me sers plus souvent de mon Nutribaby que de mon robot patissier. Désormais, c’est purée! Adieu gâteaux, macarons maison… (punaise pourquoi je ne maigrit pas alors???)

.

.

Bon sinon, depuis la maison est remplie de rires, de bisous, et ça efface les douches trop courtes, le linge qui s’empile, les nuits beaucoup trop courtes…

Et toi qu’est ce qu’est ce qui a changé la maison depuis que tu as des p’tits bouts? 

Au secours, il ne veut pas manger! ou quand les repas virent au cauchemar

Monsieur L. est en pleine phase néophobie alimentaire. Il approche de ses 2 ans et refuse catégoriquement de manger. 

Plusieurs mois que ça dure!

Plusieurs mois que j’angoisse à l’approche du repas.

Plusieurs mois que je me demande si cette alimentation décousue ne lui causera pas des carences ou des soucis de croissance.

Plusieurs mois, que je m’interroge sur moi, mes méthodes, mes compétences culinaires.

Plusieurs mois que je surfe sur le net, lis tous les bouquins possibles pour trouver LA solution.

neophobie

Si tu demandes à sa nounou, elle te répondra qu’elle ne voit pas le problème car chez elle, il mange très bien, de bon coeur, et finit presque systématiquement ses assiettes. 

Non, l’enfer des repas, il nous les réserve, à nous ses parents adorés. Quand une autre personne lui donne à manger pas de soucis, il mange. A condition, que l’on ne soit pas dans la pièce.

Le matin, on ne rencontre pas de souci particulier, il boit son biberon, il mange un gâteau ou des céréales donc tout va bien.

Non les choses se gâtent le midi et surtout le soir.
J’ai tout essayé. Il refuse délibérément de manger. 

Niveau repas : petits pots maison, petits pots industriels, avec ou sans viande / poisson, ultra lisse, avec morceaux, comme nous… Tout j’ai tout essayé. 

Je le laisse manger seul, je lui propose de lui donner…

J’ai essayé le foodart, de lui donner à manger avant nous au calme, en même temps que nous, de supprimer la collation de 10 heures…

RIEN n’y fait.

Hier, j’ai tenté la méthode « je t’oblige à goûter » Pendant qu’il pleurait, j’ai essayé, par surprise, de lui faire goûter un flan aux légumes, qu’il a déjà mangé et qu’il avait l’air d’avoir aimé. Résultat : il a recraché, a eu des « haut-le-coeur », ça a fini par une grosse crise, un bébé qui n’arrivait plus à se calmer, et une Maman au bord des larmes. Bref, un fiasco sur toute la ligne.

Non en fait, je suis mauvaise langue! Il mange…

…..

….

..

.

Des yaourts, des desserts, des gâteaux.

Oui, mais voilà, aujourd’hui on lit tout et son contraire.

Certains préconisent d’appliquer le vieil adage « mange ou tu n’auras pas de dessert » et précisent qu’un enfant ne se laisse pas mourir de faim.

D’autres, au contraire, disent qu’il ne faut pas se focaliser sur son refus de manger son plat, car c’est une phase normale vers l’âge de deux ans.

Alors concrètement, je fais quoi? 

Il lui arrive quand même, mais trop rarement, de bien manger, même s’il ne finit jamais son assiette. Alors que je crois voir enfin la lumière au bout du tunnel, je me précipite afin de lui acheter son plat favori, et BING, la fois d’après, il n’en veut plus.

Je n’arrive pas à me résoudre à le laisser aller se coucher sans manger. Et je préfère qu’il mange encore un yaourt ou du fromage (il adore le Saint Agur) ou un fruit. Je me dis que c’est toujours ça de pris.

Niveau croissance, il grandit correctement, même si je trouve que ça a un peu ralenti ces derniers mois. Mais sa taille augmente, et son poids, bien que plus légèrement, aussi.

J’en ai parlé, il y a déjà plusieurs mois au pédiatre. Et je dois reconnaître que sa réponse m’a peu satisfaite, quand je lui ai expliqué que Monsieur L. refusait ses petits pots, au profit de yaourts, compotes, fruits, et qu’il picorait simplement avec nous au repas.

Sa réponse : une hospitalisation pour mon fils et pour moi. Afin que je puisse rencontrer une nutritionniste qui m’indiquera les quantités et plats adaptés. Quand, je lui ai répondu que la question n’était pas Quoi lui donner, mais Comment? Il n’a pas su me répondre. Je suis donc repartie avec mes doutes et mes questions.

 

Pendant quelques jours,  la méthode « Une cuillère pour le lion, une cuillère pour Monsieur L., une cuillère pour l’éléphant, une cuillère à Monsieur L… » semblait fonctionner. Je réunissais tous ses nombreux animaux en plastique à table, et leur proposait à tour de rôle une cuillère (avec bruitage…). Ca le faisait marrer et il mangeait même de bon coeur. Et puis, sans savoir pourquoi, la méthode a foiré totalement en une semaine. Je n’y comprend rien.

Le problème est que l’on est rentré dans un cercle vicieux : moins il mange, plus je stresse, plus je stresse, moins il mange!!!

Bien que je sois particulièrement angoissée par ses refus systématiques, il faut que j’essaie de ne rien laisser paraître, de continuer notre repas normalement, à ce qu’il paraît cette phase de néophobie alimentaire disparaîtrait plus vite. C’est donc mon prochain challenge pour les semaines à venir.

De plus, je vais essayer de le prendre avec moi dans la cuisine lors de la préparation du repas. Peut-être que ça l’aidera à mieux appréhender le repas qui suivra.

On verra bien. Je reviendrai te dire ce qu’il en est.

Je suis désolée si tu lis cet article en te disant « chouette enfin une solution! » Car non, je n’ai toujours pas trouvé la solution. Au contraire, je suis toujours à la recherche de la méthode miracle.

 

Bon alors, tu as connu cette période difficile? Ca passe tout seul ou il y a LA solution miracle que je n’ai encore pas trouvée?

Et tant qu’on y est, tu prives de dessert si ton bout d’chou ne mange pas son plat?