Celle qui a rencontré Monsieur Patate [Event Blog]

Il y a quelques semaines, j’ai été invité dans un superbe hôtel particulier au cœur de Paris (oui, je sais c’est hyper coooooool!) afin de rencontrer l’équipe Blédina pour une discussion autour de l’alimentation des petits et puis cerise sur le gâteau : j’ai rencontré Monsieur Patate!

Alors avant que tu ne continues la lecture, je t’annonce de suite la couleur, cet article ne sera pas orienté Pro-Blédina, bienfaits du fait-maison ou des petits pots industriels, bio or not bio…

Non, le but de cette rencontre et de cet article, c’est simplement s’informer sur les techniques de culture et les normes imposées pour l’alimentation infantile. Et je peux même te dire que l’ensemble des marques proposant des aliments pour enfants y sont soumis.

Néanmoins, cela n’empêche pas la marque d’avoir un cahier des charges plus contraignant que la législation sur certains points.

Blédina a donc ses propres producteurs de fruits et légumes. Qui produisent spécialement de Blédina, en plus de leur production classique, destinés à la grande distribution.

Le choix du producteur obéit à un long processus. Ce n’est pas quelque chose qui se met en place du jour au lendemain. L’aventure avec Blédina lui impose une culture différente, des contrôles plus poussés, mais ça représente un challenge intéressant et enrichissant pour eux. Par ailleurs, cela leur assure une stabilité financière.  

Bon, pour en revenir à nos patates…

J’ai rencontré le fameux Monsieur Patate. Alors, non il n’avait pas les yeux à la place de la bouche, un bras sur la tête…Non, mon Monsieur Patate c’est, en réalité, un producteur de pommes de terre installé dans le Loiret.

Monsieur-Patate_christmasdiary5

Durant une matinée, nous avons pu échangé sur les spécificités de son métier et surtout sur les spécificités de sa production pour Blédina.

Comme expliqué un peu plus haut, le producteur doit fournir une quantité donnée pour une qualité donnée. C’est donc un travail sur du long terme et constant pour assurer un rendement et une qualité correcte au fil des productions.

Une agriculture raisonnée

L’agriculture raisonnée c’est quoi?  C’est une agriculture qui tient compte des contraintes de production  en tentant de limiter l’impact sur l’environnement. Ca passe donc par l’utilisation raisonnable de pesticides, une utilisation de l’eau réfléchie, on respecte la terre et on diversifie les cultures côte à côte pour tenter de lutter naturellement contre les nuisibles (par exemple, carotte et poireau se protègent mutuellement ou tomate et haricots font bon ménage car les haricots rejettent de l’azote donc la tomate a besoin) 

Donc chez Monsieur Patate, tout commence par une analyse de la terre qui sera amenée à recevoir les plants de pomme de terre.

Ensuite durant la pousse et la maturation du produit, l’agriculteur obéit à un cahier des charges imposé par Blédina, qui lui même obéit à la législation européenne.

On ne va pas se mentir : oui, il y a l’utilisation de pesticides.

Mais, tous les pesticides ne sont pas autorisés et il faut qu’il utilise qui laisse un taux d’empreinte (quantité de pesticides présent dans l’aliment après récolte) beaucoup plus bas que pour les fruits et légumes vendus au grand public.

Des contrôles à chaque étape

Les pommes de terre sont les reines du contrôle : un contrôle à la récolte, un contrôle avant l’entrée à l’usine, un contrôle au moment de la transformation, bref, notre patate est passé entre des mains expertes et a été analysée sous toutes les coutures.

En 2008, lors d’une conférence organisée au Ministère de la Santé, le SFAE (Syndicat Français des Aliments de l’Enfant) a indiqué que les petits pots infantiles subissaient près de 166 contrôles, du stade de la culture au stade de la mise sur le marché.

Et puis quoi encore? 

Dans tous les cas, TOUS les petits pots pour bébés (bio or not bio) sont garantis : 

– SANS OGM

– SANS CONSERVATEUR

– SANS COLORANT

Ah oui, les ALLERGENES sont inscrits en gras dans la liste des ingrédients.

Et pas de panique si vous voyez l’ajout de MATIERES GRASSES. C’est un ingrédient INDISPENSABLE au bon développement du cerveau de votre bébé. Ce sont des matières grasses spécialement sélectionnées pour répondre aux besoins des jeunes enfants. Donc aucun risque, pour sa santé.

Et donc, ça pousse comment une patate ?

cycle1cycle2cycle3

potatoes-483474_960_720

A RETENIR :

  • on préfère faire chauffer le contenu du petit pot dans une assiette (déjà car si c’est un pot en plastique, ce n’est pas top de le faire chauffer, même si c’est marqué dessus, et ça permet une chauffe plus homogène)
  • certains pédiatres recommandent de commencer la diversification par des petits pots industriels (bio ou non) car ceux-ci sont hyper contrôlés. 
  • attention à la conversation après ouverture : c’est immédiatement au frais et correctement fermé, durant 24h. 
  • et puis, petits pots maison ou industriels, l’essentiel c’est avant tout un moment de découverte pour l’enfant et rassurez-vous il grandira très bien comme ça. 

 

Ici, on n’est ni pro-maison, ni pro-industriel : 

ON FAIT COMME ON VEUT,et surtout COMME ON PEUT,

en fonction de l’inspiration du moment, du temps et de l’envie.

Monsieur L. a donc été élevé aux petits pots « home made », et petits pots industriels, souvent bio, mais également aux petits pots de marque Blédina et Nestlé.

Maintenant, j’aimerai participer à une session de parents témoins organisés par Blédina, pour aller à la rencontre de l’agriculteur et découvrir dans les moindres détails le parcours d’un légume destiné à l’alimentation de nos p’tits bouts. (bon en réalité, j’ai été conviée à celle de Septembre, mais impossible pour moi à cette période de l’année – En tout cas, je ferai tout ce qu’il faut pour la prochaine – A bon entendeur….)

En tout cas, j’ai pris énormément de plaisir à échanger avec Blédina et ce cultivateur qui ont répondu à toutes nos questions sans « tabou » (bon en même temps, rien de très sexy, on a juste parler patate 😉 ) .

Par ailleurs, ça m’a rassuré et étanché ma curiosité, au vu des nombreux scandales sanitaires révélés ces dernières années, notamment dans le domaine de l’alimentation.

Et toi, sais-tu ce que tu donnes à ton bout d’chou? Tu connaissais les normes en matière d’alimentation infantile? 

Publicités

2 réflexions sur “Celle qui a rencontré Monsieur Patate [Event Blog]

  1. Finalement niveau normes il vaut mieux donner des petits pots si on n’a pas accès à des légumes ou fruits cultivés maison. Mon médecin me l’avait déjà dit. Mais de toutes façons, ici c’est pareil on fait comme on peut (et veut 😉 )

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s