Ceux qui se permettent tout, cachés derrière leur écran

Je suis relativement jeune (je vous demanderai de ne pas faire de commentaire désobligeant sur ce point :p) , j’ai découvert internet il y a un peu plus de 10 ans.

Cet outil formidable, où l’on trouve tout ce que l’on veut (le pire comme le meilleur), cet outil où la liberté d’expression règne en maître.

L’ouverture de mon blog m’a permis de partager avec vous. Il m’a permis également de faire de superbes rencontres, aux 4 coins de la France et même du monde. Rencontres que je n’aurai probablement jamais vécu irl (dans la vie réelle – ndlr).

Mais voilà, depuis quelques temps, je me rend compte que cet outil aussi formidable soit-il, a ses revers.

Cela fait quelques mois maintenant, que je découvre des posts, où des personnes sont blessées, blasées de voir que sous couvert d’un hypothétique anonymat, d’autres se permettent des critiques, voire même des injures, des propos racistes.3228967807_1_2_A1PTGdfd

Les exemples ne manquent malheureusement pas : entre la nana qui se permet d’écrire à une blogueuse en lui disant qu’elle devrait avoir honte de s’afficher en photo car elle a des kilos en trop, entre la blogueuse qui dessine ses enfants métisses, et se retrouve pris pour cible par des racistes, qui partagent à tout va son dessin accompagné de propos dégradants.

J’ai l’impression que les règles de savoir-vivre et de politesse disparaissent totalement une fois calé derrière son écran.

De plus en plus, on voit ces attitudes détestables gangrener le quotidien!

Je fréquente essentiellement la blogosphère dite « familiale ». Alors j’avoue que j’ai du mal à comprendre comment des personnes, parents, servant d’exemple à leurs enfants, peuvent agir de la sorte, et déverser leur haine en toute impunité.

Je me dis que ce n’est pas étonnant de voir des écoliers, victimes de cyber-harcèlement, quand on voit comment réagissent leurs parents, quand ils sont eux-mêmes investigateurs de tels déversements de haine quand ils naviguent sur le web.

Personnellement, je ne m’impose aucune règle quand je navigue sur internet. Je suis comme je suis dans la vie. Je me vois mal insulter une personne dans la rue sous pretexte qu’elle a trop de kilos, ou car elle a une peau de couleur.

L’avantage de tels comportements c’est qu’il permet de faire le tri dans ses cyber-amis. Pour ma part, je ne peux pas admettre ce type d’agissements, et à partir du moment où la personne se comporte de la sorte sur la toile, c’est que finalement nous n’avons pas grand chose en commun.

 Quant à la politesse, je n’en parle pas. Notamment lorsque j’organise un concours. Pas un bonjour, un merci, un petit mot sympa.

10455767_680584605341731_4780773726321201337_n

Voilà, pour certains, les blogueuses sont des machines, sans vie à côté, qui ne sont là que pour organiser des concours. Si nous organisons des concours, c’est avant tout pour partager avec vous. Et rien de m’énerve plus de voir des concouristes qui ne prennent même pas le temps, et d’une, de lire l’ensemble des conditions, et de deux, de laisser un petit mot amical.

Sur le point de la politesse, cela m’étonne moins, car de plus en plus dans la vraie vie, combien de personnes ne prennent plus la peine de dire « bonjour », « au revoir », quand ils rentrent dans un magasin (vendeur comme client) ou dans une salle d’attente.

Sur les réseaux sociaux, ce n’est pas mieux. Là aussi, les exemples ne manquent pas. Entre les personnes qui se permettent des publicités sauvages sur ta page, sans même un message, une présentation, une demande d’autorisation.

Pourtant, je vois mal, ces mêmes personnes arriver chez leur voisin, et installer leur petite annonce directement sur leur fenêtre.

Ce n’est pas comme ça que je souhaite élever mon enfant. Pour moi, les règles de politesse c’est primodial et la base. 

politesse-2

Bref, tout ça pour dire que je suis choquée par certains comportements sur internet et que je les tolère de moins en moins.

Et toi, est ce que ça te choque la façon dont se comportent certaines personnes sur les réseaux sociaux?

Publicités

Celui qui préférait son Papa

Des mois que cet article traîne dans un coin de ma tête.

Des mois que je me demande si je dois l’écrire, s’il est justifié.

Pendant près de 6 mois, Monsieur L. a refusé de prononcer le mot « Maman », alors qu’avant il le disait sans soucis.

C’est revenu, un jour comme ça sans que je m’y attende. Je crois que ce jour-là, j’ai été encore plus ému que la première fois où il l’a prononcé.

Par vague, Monsieur L. m’en fait voir de toutes les couleurs, en réclamant à cor et à cri son Papa. 

je-n-aime-love-pas-ma-mere-131175587624

D’ailleurs, quand son Papa rentre le soir, après sa journée de travail, il est toujours aux anges.

Je ne compte plus, le nombre de fois où j’entends de la part de notre entourage : « Ah son Papa? C’est quelque chose » Et à chaque fois, c’est la même chose, un coup de poignard au coeur.

C’est Papa qui doit lui donner le biberon le matin, et gare s’il est dans les parages et que je veux lui donner ; il refuse tout simplement de boire.

bébé préfère

Les moments du coucher sont devenus un véritable cauchemar pour moi. Lui qui s’endormait seul il y a encore quelques mois, nous mène la vie dure depuis octobre. Les endormissements durent entre 40 minutes et 1h20. On se relaie par cycles de 20 minutes avec mon Chéri.

Hier soir, Monsieur L. est rentré dans une colère terrible car au bout de 20 minutes quand je suis venue prendre la relève, il s’est mis à hurler, en réclamant son Papa. 

La nuit est rythmée par plusieurs réveils nocturnes, et cette nuit encore, lorsque je suis allée le rejoindre, j’ai eu le droit à une mémorable colère de près de 45 minutes, car il ne voulait pas que je m’occupe de lui et réclamait son Papa.

Je ne peux pas dire que ses épisodes « Only Papa » soient réguliers, ça va, ça vient, au gré de ses humeurs. Mais au bout de 5 ou 6 fois commencent sérieusement à m’inquiéter. Car il me rejette littéralement. Et je le vis très mal.

Je ne compte plus le nombre de fois, où mon Chéri a dû me réconforter car j’étais en larmes à 4h du matin, me demandant ce que j’avais bien pu lui faire pour qu’il me déteste à ce point.

A tête reposée, je suis sûre que mon fils ne me déteste pas, pourtant sur le coup, j’ai tellement mal que je n’arrive plus à raisonner.

Je m’occupe de lui la journée. J’essaye de varier les activités. Je ne suis jamais la dernière pour le gâter. Et ce n’est pas mon banquier qui me contredira sur ce point. 

Certains me diront que l’amour ne s’achète pas. Bien loin de moi cette idée. Je cherche juste à lui offrir le meilleur. D’ailleurs, la plupart du temps mes craquages se résument à des livres (on en a jamais assez), des activités manuelles et quelques fringues. Il est rare que je lui achète un jouet sans raison particulière.

Certains redoutent la phase d’Oedipe, moi je l’attend avec impatience. 

Je ne sais plus quelle attitude adoptée. 

Je suis permissive, ça ne marche pas.

Je me durcis, ça ne marche pas.

J’ai essayé de le laisser seul dans sa chambre, j’ai un peu beaucoup crié, sans résultat.

Voilà, où j’en suis aujourd’hui. 

J’arrive même à me dire qu’il devait m’arriver quelque chose, ça serait plus facile pour lui de l’accepter et que je ne lui manquerai pas beaucoup. 

Je sais que malgré tout mon fils m’aime, puisqu’il me montre de l’affection, me fais des bisous volontiers, me le dit, mais durant ces épisodes, je me sens comme une moins que rien. Ce sentiment perdure depuis plusieurs mois maintenant.

J’envie mon Chéri.

Je l’envie de travailler,

je l’envie d’avoir une vie sociale,

je l’envie de faire briller les yeux de notre fils plus que moi.

Pourtant, bien que je l’envie, je sais qu’il n’a pas la vie rose. Non seulement, lui non plus ne dort pas la nuit, s’en occupe énormément, mais en plus, il doit assurer la journée au travail. 

Pardoxalement, on me dit que je suis fusionnelle avec lui. Pourtant, ce n’est pas l’impression que j’ai. 

Je le met chez la nourrice quelques heures par semaine, pour qu’il voit d’autres personnes, fasse de nouvelles activités. Au mois de décembre, nous l’avons confié quelques jours à ces grands-parents…

Mais je suis sa mère, je l’aime, et c’est donc normal que je veuille à son bien-être, à sa sécurité.

Peut-être qu’inconsciemment, je l’étouffe, et que ces épisodes sont un moyen de mettre une barrière entre nous, de s’éloigner de moi. 

Et toi, bébé a t-il connu des phases où il n’avait de yeux pour Maman ou Papa? 

 

Mon Parking à l’Aéroport, c’est ECTOR

Plusieurs fois par an, nous prenons l’avion avec Monsieur L. pour rentrer voir notre famille, en Corse. Donc chaque voyage rime avec avion. 

Nous pourrions voyager en bateau, mais j’ai renoncé depuis longtemps : 9h de voiture (au minimum) + une traversée en bateau de nuit. Non merci, je ne suis pas maso (voyage avec enfant + mal de mer ne font pas bon ménage).

A chaque fois, nous devons nous rendre à l’aéroport d’Orly. Pour se faire, nous nous y rendons par nos propres moyens en voiture. Car j’ai étudié l’option train, et ça ressemble plus au parcours du combattant, qu’à un voyage (1h15 de train + 30 minutes de RER + 15 minutes de bus) Tout ça avec un enfant de 2 ans, 3 valises, un sac à main, un sac rempli de livres et de jouets pour Monsieur L. J’aime autant te dire, que dans ces conditions, je n’étais pas sûre d’arriver vivante à la fin. 

Une fois, l’option voiture validée, restait à savoir où j’allais garer mon véhicule durant nos 10/15 jours de séjour.

Premier réflexe, le parking de l’aéroport. Non seulement, ça coûte un bras, mais en plus, il faut reprendre une navette pour se rendre à notre terminal d’embarquement.

Puis, l’an dernier, j’ai découvert ECTOR. 

Capture 1

ECTOR c’est mon sauveur. 

Le principe est simple : tu laisses ta voiture au dépose minute (au pied des terminaux d’embarquement), un voiturier prend en charge ton véhicule et te le ramène au dépose-minute, à ton retour.

Un gain de temps, un gain d’argent. Que du bonheur. 

En plus, ECTOR a une petite attention pour toi à ton retour. Avec des petites bouteilles d’eau mis dans ton véhicule pour le chemin du retour. 

Bref, c’est un service VIP mais à petits prix.

J’avoue que la première fois, que je leur ai confié mon véhicule, j’étais un peu flippée. Mais, au final, le service est impeccable. Ta voiture est à l’abri dans un parking surveillé à 5 minutes de l’aéroport.

En pratique, tu réserves via leur site internet ou bientôt sur leur application mobile (jusqu’à la veille du départ – pour les retardataires, les têtes en l’air, ou départ de dernière minute). 

Tu indiques ton heure d’arrivée et de retour. 

Quelques heures avant ton arrivée, tu reçois les coordonnées (nom + téléphone) de la personne qui sera en charge de ton véhicule.

Si comme moi, tu es ultra prévoyante, et que tu arrives avec 30 minutes d’avance sur l’horaire prévue, pas de souci, un sms ou un coup de téléphone à ton voiturier pour le prévenir et hop le tour est joué.

Un petit tour pour vérifier l'état du véhicule avec Sébastien, notre voiturier

Un petit tour pour vérifier l’état du véhicule avec Sébastien, notre voiturier

Lors de notre dernier retour, j’avais prévu de récupérer notre voiture à 11h, sauf que les bagages ont mis plus de 3/4h à arriver. J’ai tout simplement prévenu mon voiturier, une fois les bagages récupérés, notre voiture nous attendait sans supplément.

Capture 3

ECTOR propose également des services complémentaires, comme le nettoyage des véhicules.

Et avec un loulou de 2 ans, une maman bordélique, il était grand temps que Titine ait un grand nettoyage de printemps (et c’est peu dire)

Ce service inclut le nettoyage intérieur (aspirateur, plastique, vitres) + nettoyage extérieur à la main (avec les jantes). 

Par honte, par oubli, je n’ai pas pris de photos avant/après, mais je peux te dire que le pauvre employé qui a dû s’y coller, n’a pas dû rigoler en voyant l’état de notre voiture. (service offert dans le cadre de l’article).

Nous avons donc retrouvé une voiture dans un état impeccable, toute belle, toute propre!

ECTOR propose également de faire la pression des pneus, le plein… 

CONCLUSION :

C’est un service indispensable, que l’on voyage avec ou sans enfants. Rapide, facile, et moins cher que le parking de l’aéroport. ( en comparaison, pour la même période, le parking de l’aéroport est facturé 125 €, contre 115 € avec ECTOR)

Le service est disponible dans les aéroports d’ORLY, ROISSY, et LYON Saint Exupery, et dans les gares parisiennes suivantes :Gare de Lyon, Gare Montparnasse, Gare du Nord, et Gare de l’Est.

Plus aucun de mes voyages en avion ne s’envisage sans ECTOR à mes côtés.

En ce moment avec le code « WELCOME » vous bénéficier de 10 € de réduction.

Alors qu’en penses-tu? Conquis par ce type de service? 

La plume de Louise : des « Tour Eiffel  » en 3D et à colorier [test]

Il y a quelques temps, j’ai été contacté pour un test de produit.

Je dois dire que ça a de suite attiser ma curiosité et mon envie quand on m’a parlé de Tour Eiffel.

La Plume de Louise, c’est quoi? 

téléchargement

C’est une super boutique en ligne et à Paris qui propose des « Tour Eiffel » en carton de différentes tailles (50 cm ou 1m), décorées ou à colorier. Mais aussi des supers magnets pour se laisser des mots doux, des carnets, des penses-bêtes…

Lors de mon passage aux Efluent, je suis donc repartie bien gâtée puisque j’ai ramené une Tour Eiffel à colorier et des magnets pour la tribu. 

Alors la Tour Eiffel d’une hauteur de 50 cm, est très facile à monter. Sans colle, il suffit d’encastrer les pièces. C’est un très bon point car pour un objet qui est à destination des enfants, je préfère éviter les colles et autres accessoires de fixation (trombones, attaches parisiennes…).

On peut la colorier avec des feutres, des crayons, de la gouache. Chaque dessin représente un lieu emblématique de Paris. Alors pour une amoureuse de la ville lumière comme moi, ça ne pouvait pas mieux tomber. 

La plume de Louise

En fait, ce n’est pas qu’à destination des enfants! Je trouve ça trop marrant même pour les adultes.

Il en existe même des « déjà coloriées » trop chouettes ! 

slide-TE-fond-blanc

Le modèle à colorier en 50 cm est vendu : 19,50 € et celui de 1m : 29,90 €

Les vacances d’hiver approchant, c’est donc le bon plan pour occuper les enfants. Ca promet un moment calme pour les parents et une activité artistique pour les enfants.

Nous avons également eu le set magnets spécial « tribu ». Composé de 252 mots, il permet de se laisser des mots d’amour, des mots rigolos, des phrases totalement alambiquées, sur le frigo.

20151219_161105

 J’adore! J’en profite chaque soir pour faire passer des message à mon Chéri. Mon message du moment :

20151223_154608

On les trouve à 9 €. Il y a plein de modèles différents (entre amoureux, à 30 ans, à 40 ans, en tribu, et même un kit spécial « gros mots »…)

Tout ce qu’il faut pour délirer sur le frigo et se laisser des mots d’amour ou faire passer un message !

CONCLUSION :

La boutique s’adresse aussi bien aux enfants qu’à leurs parents. On y trouve plein d’idées sympas à petits prix.

J’ai un vrai coup de coeur pour les « Tour Eiffel » à colorier. C’est ludique, résistant, ça amuse toute la famille. On peut tous participer en même temps et ça change des coloriages plats. En plus, comme je suis fan de la « Tour Eiffel »donc elle trône fièrement dans mon salon. Ca fait un objet déco personnalisé par les enfants.

Vous pouvez retrouvez tous leurs articles sur leur page internet ou directement à Paris (4ème) 3 Rue Jean du Bellay, et pour ne rien rater de leur actualité vous pouvez les suivre sur facebook.